Ce qu’il faut savoir sur le cloud

Written by Kaistos on 2 March 2011. Posted in Innovations IT

Définition :

Le Cloud computing est un concept qui consiste à déporter sur des serveurs distants des traitements informatiques traditionnellement localisés sur le poste Client de l'utilisateur.

Les utilisateurs ou les entreprises ne sont plus gérants de leurs serveurs informatiques mais peuvent ainsi accéder de manière évolutive à de nombreux services en ligne sans avoir à gérer l'infrastructure sous-jacente, souvent complexe. L'accès au service se fait par une application standard facilement disponible, la plupart du temps un navigateur Web.

Le terme Cloud computing fait référence à des services informatiques achetés et fournis à la demande à travers un réseau : Internet ou un réseau IP privé. La mise en oeuvre s'appuie sur un environnement hautement virtualisé et des systèmes de stockage hébergés dans des data centers.

Pour les responsables informatiques, le Cloud permet de mettre en route rapidement des ressources IT facilement extensibles, en les payant au mois, voire à l'heure. Les sommes ainsi déboursées entrent en comptabilité sous la forme de charges d'exploitation (contrairement à l'achat de serveurs et de licences qui constituent des dépenses d'investissement à amortir).

Le Cloud a émergé principalement pour répondre aux exigences de continuité et de qualité du service.

On distingue plusieurs modèles de déploiement des services de Cloud Computing :

  • Le Cloud Public : ce type d’infrastructure est accessible à un large public et appartient à un fournisseur de « Cloud services ».
  • Le Cloud Privé : l’infrastructure Cloud fonctionne pour une organisation unique. Elle peut être gérée par l’organisation elle-même (Cloud Privé interne) ou par un tiers (Cloud Privé externe). Dans ce dernier cas, l’infrastructure est entièrement dédiée à l’entreprise et accessible via réseaux sécurisés de type VPN.
  • Le Cloud Communautaire : l ’infrastructure est partagée par plusieurs organisations qui ont des intérêts communs (par exemple les exigences de sécurité, de conformité …). Comme le Cloud Privé, il peut être géré par les organisations elles-mêmes ou par un tiers.
  • Le Cloud Hybride : l’infrastructure  se compose de deux nuages ou plus (Privé, Communautaire ou Public), qui restent des entités uniques, mais qui sont liées par une technologie normalisée ou propriétaire, permettant la portabilité des données ou des applications.

Selon les approches des entreprises, se distinguent trois formes de Cloud computing :

  • Cloud Infrastructure as a Service (IaaS) :
    L’Infrastructure as a service (IaaS) est le premier modèle de Cloud, où :
    • l’entreprise maintient : les applications, les runtimes, l’intégration SOA (architecture orientée services : Service Oriented Architecture), les bases de données, le logiciel serveur ;
    • le fournisseur Cloud maintient : la virtualisation, le matériel serveur, le stockage, les réseaux.
  • Cloud Platform as a Service (PaaS) :
    La Platform as a service (Paas) est le second modèle de Cloud, où :
    • l’entreprise maintient uniquement les applications ;
    • le fournisseur Cloud maintient : les runtimes, l’intégration SOA, les bases de données, le logiciel serveur, la virtualisation, le matériel serveur, le stockage, les réseaux.
  • Cloud Software as a Service (SaaS) :
    Le Software as a service (SaaS) est l’ultime modèle de Cloud, où le fournisseur Cloud maintient : les applications, les runtimes, l’intégration SOA, les bases de données, le logiciel serveur, la virtualisation, le matériel serveur, le stockage, les réseaux.

Cloud computing avant/après:

Avant le Cloud computing :
Les applications d'entreprise traditionnelles sont toujours trop compliquées et onéreuses. La charge que représente le nombre et la variété des logiciels et matériels requis pour leur exécution est écrasante. Il faut toute une équipe d'experts pour en assurer l'installation, la configuration, les tests, l'exécution, la sécurité et la mise à jour.

Lorsqu'on multiplie tous ces efforts par des dizaines ou des centaines d'applications, on comprend vite pourquoi les plus grandes sociétés dotées des meilleurs services IT n'obtiennent pas les applications dont elles ont besoin. Les PME, quant à elles, n'ont aucune chance d'y parvenir.

A l’ère du Cloud computing :
Le Cloud computing vous permet d'éliminer ce type de difficultés car vous ne gérez aucun matériel ni logiciel. Tout cela est du ressort d'un fournisseur expérimenté. L'infrastructure partagée signifie qu'il fonctionne comme un utilitaire : vous ne payez que ce dont vous avez besoin, les mises à niveau sont automatiques et l'évolution du système est facile.
Les applications basées sur Internet sont opérationnelles en quelques jours ou semaines, et à moindre coût.
Les entreprises exécutent toutes sortes d'applications sur Internet : gestion de la relation client (CRM), ressources humaines, comptabilité, etc.

Le Cloud Computing : le service informatique au juste coût pour les PME.


Avantages :

  • mises à jour et évolutivité : pas besoin de mettre à jour l’ensemble des postes pour ajouter de nouvelles fonctionnalités, il suffit de mettre à jour l’application réseau et tous les utilisateurs bénéficient des nouveautés et des corrections. Il en résulte une plus grande cohérence de la méthodologie de travail et des documents produits par l’ensemble des contributeurs de l’organisation. Au niveau des équipements, les organisations peuvent réduire leurs dépenses d’achats dans les systèmes qui sont peu utilisés.   Au niveau des ressources, puisque les systèmes sont virtuels, les employés n’ont pas besoin de les  maintenir et n’ont même pas besoin d’en connaître les langages de programmation.
  • mise en commun des ressources : chaque utilisateur peut contribuer à l’enrichissement des données et des expériences de l’ensemble si des outils collaboratifs sont mis en place. Cet avantage facilite le kownledge management  dans les entreprises.
  • sécurité : si les documents ne sont plus présents en local, on évite le problème de l’ordinateur perdu ou piraté et des documents confidentiels perdus dans la nature.
  • puissance de calcul : le système déporté sur un réseau de serveurs offre une bien meilleure efficacité de calcul qu’un poste seul.
  • mobilité : l’utilisateur peut à tout moment et à partir de n’importe quel appareil se connecter à ses applications et son workflow.
  • instantanéité : contrairement aux solutions maison qui prennent souvent du temps à déployer, les solutions de l’informatique virtuelle peuvent être mises en place rapidement.

Inconvénients :

  • sécurité : la plateforme Cloud, si elle est externe doit être suffisamment sécurisée pour éviter le risque d’intrusion, de vol des données par piratage. L’autre risque est qu’un utilisateur oublie de se déconnecter sur un appareil accessible par des éléments externes à l’organisation. Il faut dans ce cas prévoir une déconnexion automatique. Sous-traiter ses données les plus sensibles ne peut s'envisager que si l'on a la certitude que les informaticiens du sous-traitant sont dignes de confiance et que leurs faits et gestes sont contrôlés
  • connexion : c’est l’autre goulot d’étranglement. Si l’utilisateur n’a pas de connexion internet, ou une connexion insuffisante, il ne pourra accéder à sa plateforme de travail.
  • viabilité à long terme : Le fournisseur idéal de 'Cloud computing' ne défaille jamais et gagne suffisamment bien sa vie pour, d'une part, ne pas déposer le bilan et, d'autre part, ne pas devenir une cible et être absorbé.

Le Cloud pour quoi faire ? :

La relation client (CRM), la messagerie, la comptabilité, les RH, la gestion de documents, la sauvegarde des données, le site internet, chaque composant business de l’entreprise peut faire appel aujourd’hui à un service délivré par le Cloud Computing.

Vous êtes probablement déjà en train d’utiliser des services de type Cloud sans le savoir vraiment. Quel est votre fournisseur de messagerie ? Quel est l’outil de gestion de vos clients ? Comment sont archivées les données de votre entreprise? Il y a de fortes chances que ces fonctions soient hébergées chez un fournisseur de service Cloud.


Nos conseils :

Avant de choisir votre fournisseur de Cloud, vérifiez :

  • Depuis combien de temps propose-t-il ce type de service ?
  • Combien de clients possède-t-il pour ce service ?
  • Les clients ont-ils témoigné de leurs expériences ?
  • Quelles sont les garanties dans la durée ?

Optimisation et Cloud :

L'optimisation WAN est un élément majeur du Cloud Computing, car elle permet de surmonter les problèmes de largeur de la bande passante, de latence et de qualité WAN.


Conclusion :

Le Cloud c’est la mise à disposition pour l’entreprise de ressources informatiques à la demande.

Malgré les risques et les inconvénients de l’informatique dématérialisée, il est incontestable que ses avantages peuvent procurer un effet de levier aux entreprises qui en utilisent les services.
 
La montée en puissance du Cloud computing est indéniable. En revanche, on ne sait pas encore sous quelle forme il s'imposera sur le marché professionnel, entre Clouds publics partagés par tous, et Clouds privés, exploités par les entreprises pour leurs employés.

En conclusion, le Cloud Computing est en train de transformer la manière pour les PME d’opérer leur outil informatique aujourd’hui et pour les prochaines décennies. Si vous êtes une PME et que votre budget de fonctionnement est restreint, le Cloud Computing peut être la solution parfaite pour votre entreprise. La plupart des applications Cloud vous permettront de rendre plus efficaces vos méthodes de travail et de résoudre des problèmes de fonctionnement. Elles vous donneront plus de flexibilité, de mobilité, d’accessibilité et vous permettront de faire des économies.

Le Cloud Computing peut vous aider à remodeler votre infrastructure technologique en vous apportant d’immenses bénéfices économiques en termes de chiffre d’affaire et de réduction des coûts opérationnels.


« Ce texte est publié sous licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported »